Dans une arrière maison d’Amsterdam, de 1942 à 1944, se terrait une famille, une micro société obligée de vivre dans une promiscuité constante, de renoncer à marcher le long des canaux, et à reconnaître le cycle des saisons aux arbres qui les bordent. Parmi cette communauté, confinée sur elle-même par la terreur de l’extermination, il y avait un écrivain en herbe, une toute jeune fille, qui découvrit, avec la spontanéité du génie, qu’il lui fallait consigner cette vie clandestine, à la fois pour l’intensifier par l’écriture, comme si elle avait l’intuition que ces jours étaient comptés et, confusément, parce qu’elle sentait qu’il fallait rendre témoignage de cette horreur en creux, de cette attente indistincte du pire.

Thèmes : histoire de la déportation, la religion, le fanatisme, les guerres et les situations actuelles proches de chez nous…

Adaptation et mise en scène : Fabrice Gardin | Avec : Juliette Manneback, Bruno Georis, Anne-Claire, Laura Fautré, Sophie Delacollette, Michel Poncelet, Catherine Claeys, Gaspard Rozenwajn, Marc De Roy | Scénographie : Anne Guilleray | Costumes : Françoise Van Thienen | Décor sonore : Laurent Beumier | Création éclairages : Félicien van Kriekinge