15h
 

Sévère, étranglé par sa cravate, étriqué dans son costume grisâtre, un vieux garçon joue de la contrebasse et se complaît dans cette vie réglée comme le métronome qu’il ne quitte pas des yeux. Déboule alors une chanteuse fantasque dont il tombe amoureux.

Mais comment accepter son désordre, son sac jeté au milieu du salon, ses grands foulards et ses cadeaux excentriques ? A force de la recadrer, il pourrait bien la perdre. Jeu d’approche et de poursuite, tendre et drolatique, où les droites deviennent obliques. Les notes et les repères s’envolent, les artistes occupent peu à peu tout l’espace, dans cette mise en scène bien ajustée de Caroline Leboutte, et racontent l’évolution de leur relation, et surtout l’approche de l’autre dans le sens large du terme, au rythme d’une symphonie envoûtante. Ces deux-là vont bien finir par se retrouver, voire s’embrasser. Pourquoi se gêner ?