Il y avait des femmes. Elles vivaient entre elles.

Au milieu de ces femmes, il y avait Milie : celle-qui-se-fondait-tellement-bien-dans-l’décor-qu’on-la-voyait-même-pas.

Peut-on aller à contre-courant quand on a pris l’habitude de se diluer dans la marée pour ne pas faire de vagues ?

Une histoire puissante enveloppée d’un univers sonore entre élégance et hautes tensions !

Extrait :

Je suis fleuve et je gonfle
Il pleut
Il pleut fort et je gonfle
Si ça continue, je vais sortir de mon lit
Je le dis, si ça continue je vais sortir de mon lit,
Je vais sortir de mes gonds, si ça continue

Mais les nuages s’en foutent : ils pleuvent

Et moi je suis fleuve, et souvent je coule simplement et c’est très bien
Mais là, voyez-vous, avec toute cette pluie, je gonfle moi, je gonfle et je déborde
Je sors de mon lit, je vous avais prévenu, je sors de mes gonds,
Je quitte le flux, hop ! Je m’en vais couler ailleurs

Je suis à nouveau un simple filet d’eau,
Un petit pipi sans lit, sans couche, sans cours
Je suis un simple filet d’eau et

Je vais où maintenant ?

Hein ?

Y a quelqu’un ?

Récit et écriture : Amandine Orban de Xivry | Traversée sonore et musicale : Marie Vander Elst (violon, voix, musique électronique) | Mise en scène : Lara Hubinont | Son et lumière : Olivier Lefebvre | Scénographie : Marie Kersten | En coproduction avec la Maison du Conte de Chevilly-Larue, le Festival Rumeurs Urbaines, la Cie Le Temps de Vivre | Avec le soutien du Centre culturel des Roches de Rochefort.